Samo Oubitsa, une comédie férocement drôle

Les Exclamateurs présentent : ”Samo Oubitsa”, une comédie de Nicolaï Erdman, traduite par Michel Vinaver et mise en scène par Didier Bert, avec Étienne Borella, Christophe Camart, Geneviève Dufour, Johanne Dufour, Cyrille Gauclin, Jérémie d’Hauteville, Nathalie Labelle, Françoise Le Deist, Sarah Pinelle, Sandrine Ruiz, Diane Simoneau, Luc Spiess, Maya Therrien-Peña et Sandrine Thomas.

Poussé par une soudaine envie de saucisson, Simon, homme sans emploi, réveille sa femme en pleine nuit. Une discussion houleuse s’ensuit et fait éclater la vérité : on ne peut pas continuer à vivre comme ça ! Furieux, Simon disparaît de la chambre de l’appartement communautaire. Inquiète, Marie pense qu’il est parti mettre fin à ses jours et court chercher de l’aide. Retrouvé dans la cuisine où il tente de satisfaire sa faim, Simon apprend qu’on lui prête l’intention de se suicider. Il accepte progressivement cette idée qui lui facilite la vie. Commence alors un défilé incessant de personnages pittoresques qui tentent de récupérer sa mort pour servir leur propre cause…

Affiche de Samo Oubitsa - © Photo: Stéphane Najman / http://www.photoman.ca

© Photo: Stéphane Najman / http://www.photoman.ca

Aristarque : A quel moment avez-vous décidé que vous alliez vous tirer dessus, Simon Simonovitch ?
Simon : Je n’ai pas encore décidé.
Aristarque : Si nous disions demain midi, ça vous arrange ?
Simon : Demain ?
Aristarque : Oui, remettez ça jusqu’à demain, c’est mieux.
Elpidi : Le temps nécessaire pour les préparatifs.
Pougatchov : Nous pensons faire un banquet en votre honneur, Simon Simonovitch.
Victor : Vous fêter.
Aristarque : Demain dix heures ça vous convient ?
Simon : Demain dix heures ?
Aristarque : Le banquet.
Simon : Ah le banquet… Oui, ça me convient.
Aristarque : Alors c’est conclu. Demain à dix heures on commence, et puis, à midi sonnante, vous vous embarquez.
Simon : Pour où ?
Aristarque : Il m’est difficile de préciser. Pour nulle part.
Simon : Je ne connais pas le chemin, chers camarades.
Aristarque : Nous vous escorterons…

Écrite en 1928, Samo Oubista (« Le Suicidé ») est la deuxième pièce de Nicolaï Erdman. Elle est interdite par le régime stalinien car « politique fausse et extrêmement réactionnaire ». Elle ne sera publiée et jouée en Russie qu’en 1987. Contrairement à ce que le titre de l’œuvre laisse penser, Samo Oubitsa est bien une comédie qui est encore aujourd’hui d’actualité dans la plupart des sociétés humaines. La voilà montée encore aujourd’hui, cette fois sur les planches du théâtre La Risée à Montréal.

: À La Risée, 1258 rue Bélanger à Montréal (Métro Jean-Talon, coin De Normandville – voir le plan d’accès)
Quand: Du mercredi 27 au samedi 30 mai 2009 à 20 heures
Tarif: 10$
Réservations: Par téléphone au 514 562-7302 ou par ici